interview-Bérangère-Touchemann Début d’une série d’interviews de coachs ayant pour but de vous apporter une expérience et un vécu. Souvent des exemples concrets sont bien mieux que de longs discours.

Première coach à se lancer Bérangère Touchemann, que je remercie chaleureusement d’avoir bien voulu se prêter à l’exercice.


Interview de Bérangère Touchemann

 Bérangère Touchemann

Depuis combien de temps exercez-vous ?

J’ai lancé coachingdecarriere.com en janvier 2014.

Quel est votre formation de coach ?

J’ai choisi pour formation de coach, le D.U. Coaching de l’IAE de Toulouse.

J’avais participé à plusieurs réunions d’informations données par d’autres « écoles de coaching », à Toulouse et ailleurs, et je n’avais pas eu de feeling particulier.

Je cherchais vraiment une formation solide (273 heures à l’IAE), et des intervenants connus et reconnus par leurs pairs en tant que coaches et superviseurs. Leur philosophie « polyphonique » (chaque intervenant vient d’un cadre de référence différent : AT, PNL, systémie, Gestalt), et leur projet de professionnalisation du métier m’a plu.

Quel est votre statut professionnel ?

Je suis en entreprise individuelle, donc 100% profession libérale.

Avez-vous une spécialisation et si oui laquelle ?

Je suis coach de carrière. J’accompagne les cadres qui se trouvent dans une situation d’inconfort professionnel, en les aidant à bâtir leur projet, sculpter leur message, et mettre en lumière leur potentiel.

Je travaille beaucoup sur la reconversion, l’emploi, et enfin sur la montée en confort dans l’entreprise (performance, expression du leadership, communication, amélioration des relations…)

Où et comment exercez-vous ?

J’exerce les 3/4 du temps depuis mon domicile. Cela correspond à un choix de vie : Je me suis moi-même reconvertie. J’ai quitté les grosses entreprises de l’agro-alimentaire pour donner sa vraie place à ma vie de rêve : Vivre à la campagne, travailler de la maison, que mon temps m’appartienne, et exercer un métier qui fait grandir les autres. Alors je coache au téléphone, depuis la maison.

J’ai gardé un bureau au centre ville de Toulouse où je coache un jour par semaine, les clients pour qui il est important de me voir. Ma perception est qu’au téléphone, la parole de mes clients se libère mieux. Etant plutôt (carrément) « auditive », cette formule me va bien.

Je fonctionne avec un cadre fixe de 1 + 10 séances d’1 heure, à 3 semaines d’intervalle.

Avez-vous d’autres activités que le coaching ?

J’écris et anime mon blog coachingdecarriere.com, où je publie des articles sur mes thématiques préférées (carrière, emploi, épanouissement professionnel…).

Je suis aussi présidente d’un groupe d’entrepreneurs sur Toulouse, et j’interviens sur un campus en tutorat, mentorat, co-développement et formation pour des étudiants en commerce (mon ancien métier).

Je suis également en train de créer une seconde entité, qui proposera un nouveau type d’accompagnement pour les dirigeants, vous en saurez bientôt davantage… Donc oui, j’ai d’autres activités.


coachingdecarriere.com

Qu’est-ce que vous referiez mais en mieux ?

Je passerai le relais plus tôt à d’autres professionnels, sans essayer de tout faire moi-même (graphiste, expert-comptable, webmaster, etc.).

S’appuyer sur de vrais professionnels est un gain de temps et libère de l’espace pour se concentrer sur son coeur de métier. Même si cela représente un investissement financier à accepter pour tout créateur d’entreprise.

Qu’elle est votre plus belle expérience de coaching ?

Question difficile ! Je dirais qu’en général, c’est de voir progresser les clients.

J’anime des ateliers dans un cabinet de conseil RH, où je rencontre des gens qui sont devenus demandeurs d’emploi suite à un plan social. Certains sont restés 20 ans au même poste. Les voir sortir du cadre pas à pas et élargir le champ des possibles très vite (la marge de progression est énorme), me créé toujours des émotions sympas.

Quel est votre impression sur l’accueil réservé au coaching dans les entreprises ?

Je travaille peu avec les entreprises. Les clients qui viennent me voir ont plutôt des demandes du type « je veux changer de métier/entreprise/service/situation conflictuelle », il est donc difficile de solliciter un accompagnement pour ce genre de demande.

Je rêve du jour où les entreprises feront appel à moi pour ce type de demande. Là, on sera dans un monde gagnant-gagnant.

Avez-vous un besoin professionnel non satisfait ?

La travail en équipe et la relation entre pairs est un besoin professionnel fort pour moi. C’est pour cela que je suis active dans un groupe d’entrepreneurs, et que je rencontre régulièrement mes pairs coaches pour des sessions d’intervision et de partage.

De quelle aide auriez-vous besoin et sur quoi ?

Je me suis faite superviser très vite par une coach de grande qualité, ce qui m’apporte beaucoup. Je garde aussi, pour mon hygiène émotionnelle, mes rencontres régulières avec ma psy référente. Ces deux partenaires m’aident à dépasser les difficultés de la vie du créateur d’entreprise.

Etes-vous satisfait de votre métier de coach ?

Complètement satisfaite par mon métier de coach. Mon insatisfaction (toute relative) serait plutôt liée au statut d’entrepreneur, à la pression financière que cela représente.

Quels sont vos tarifs moyens pour une séance de coaching individuel, de groupe, en entreprise et pour les particuliers ?

Je pratique le tarif de 95€/heure en coaching individuel pour les particuliers.

Pour le nouveau type d’accompagnement de dirigeants que je suis en train de mettre en place, le tarif horaire moyen sera sur la base de 200€HT/heure.

Quel est pour vous la différence entre un psychologue, un coach et une consultant ?

Le consultant donne des poissons, le coach apprend à construire une canne à pêche.

Le psy est là pour écouter et aider à comprendre la souffrance, alors que le coach doit lui passer le relais lorsqu’il pense que le stade de l’ « inconfort/difficulté » est dépassé.

Personnellement, je ne prends pas le client non accompagné en thérapie si j’ai un doute sur le sujet.

Pourquoi avoir choisi le métier de coach ?

Dans le désordre et de façon non exhaustive: Indépendance, cohérence, authenticité, main tendue, se surpasser, qualité de vie, potentiel, expression, émotions sont mes mots clés, mes valeurs et mes besoins.

Pour vous le coaching est-il un phénomène de mode ou correspond- il à un nouveau besoin ?

Il ne correspond pas à un nouveau besoin, puisque ce besoin d’accompagnement a toujours existé (Socrate n’est plus tout jeune !). Ce besoin n’était juste pas satisfait.

Pour finir auriez-vous un retour d’expérience qui pourrait aider vos pairs ?

Plutôt quelques conseils (et là c’est mon Parent qui parle ;-) ): Commencez par vous faire coacher vous-même (un vrai coaching payant, et pas par vos pairs de promo) et démarrez la supervision alors que vous êtes encore en formation, pour sortir du cadre de référence que l’on vous propose, (sortir du cadre, encore et toujours!) .

Choisissez votre formation avec soin.

Voilà, j’espère que la lecture de cette interview vous aura été profitable.

2 COMMENTAIRES

  1. Une interview fort intéressante qui met l’accent sur l’ampleur du travail qui nous reste à faire, nous les coachs en formation et en devenir! Merci pour toutes les informations.
    Corine.

Laisser un commentaire