Les interviews 100% coachs ont pour but de vous apporter un regard sur l’expérience et le vécu d’un coach professionnel, après tout des exemples concrets sont souvent bien mieux que de longs discours…

Interview Sylvie Jonqueres

Cette semaine c’est Sylvie Jonqueres qui répond au questionnaire et qui nous parle de son métier passion.

Bonne lecture,


 

Depuis combien de temps exercez-vous ?

J’exerce ce métier depuis 2003 soit 12 ans

Quel est votre formation de coach ?

Ma formation de coach est plurielle, la plus institutionnelle est Coaching Ways en 2014, la plus pragmatique est la certification en Process Com en 2006 et le départ de tout est mon diplôme de graphologue en 2002.

Quel est votre statut professionnel ?

Aujourd’hui, mon statut est salarié . J’ai eu une entreprise, je fus aussi en portage .

Avez-vous une spécialisation dans votre coaching ? Et si oui laquelle ?

Par mon expérience, je pourrais dire que je suis une coach de la relation. Relation avec soi-même, dans le système où évolue la personne pour fluidifier et rendre souple et efficace l’interaction.

Avez-vous une cible client ? Si oui laquelle ?

Non , mais ma pratique intéresse plutôt les commerciaux, managers et dirigeants.

Etes-vous membre d’une association professionnelle ? Si oui laquelle et pourquoi celle-ci ?

Oui, ICF même si ma cotisation n’est pas à jour ;)

Où et comment exercez-vous ?

J’exerce en cabinet , plutôt en face à face.

Avez-vous d’autres activités que le coaching ?

Je fus formatrice , aujourd’hui ingénieur pédagogique.

Je pratique d’autres accompagnements comme le bilan de compétence, l’outplacement, l’évaluation.

Qu’est-ce que vous ne referiez pas en tant que coach ?

Je ne recevrai plus chez moi, dans ma maison.

Qu’est-ce que vous referiez mais en mieux ?

Je referai certains coachings avec plus de processus et puis je me présenterai mieux.

Quelle est votre plus belle expérience de coaching ?

Tout coaching est joli. Une de mes satisfactions est de voir se développer l’autonomie du coaché au fil des séances, lorsque la personne se donne des permissions. Y’a des trouvailles formidables.

Et puis, quitte à être peut être un peu présomptueuse, c’est quand je rencontre un coaché plusieurs années après et qu’il me dit que, par exemple, il se répète une formule mise au point pendant la période de l’accompagnement et qu’elle est encore et encore efficace. Ou qu’un DRH me rappelle.

Quel est votre impression sur l’accueil réservé au coaching dans les entreprises ?

Plutôt un bon accueil, et de mieux en mieux même si la pratique réelle est encore méconnue et confondue avec la formation et le conseil. Ce qui pourrait se résumer par : « Donnez moi des outils » au début de l’accompagnement.

Quelle est votre plus importante problématique dans votre métier d’entrepreneur ?

Ma plus grosse problématique est de vendre le coaching, autre que par réseau et de me différencier.

De quelle aide auriez-vous besoin dans votre profession ? et sur quoi ?

L’aide dont j’aurais besoin serait de me perfectionner dans ma différenciation.

Etes-vous satisfait de votre métier de coach ? (si oui en quoi, si non en quoi)

Oui je suis satisfaite d’exercer ce métier et d’être dans cette posture. Mes passions pour la personnalité humaine et la rencontre des histoires de vie sont sans cesse renouvelées. J’apprécie, de plus, d’accompagner avec des objectifs définis.

Quels sont vos tarifs moyens pour une séance de coaching individuel, de groupe, en entreprise et pour les particuliers ?

Etant en cabinet, je préfère rester discrète sur cette question. En revanche, entre le particulier et l’entreprise, c’est du simple au triple.

Quel est pour vous la différence entre un psychologue, un coach et un consultant ?

Pour moi, un psychothérapeute recherche le pourquoi dans la vie privée de l’accompagné, le coach le comment dans la vie professionnelle, le consultant donne le quoi faire.

Pourquoi avez-vous choisi le métier de coach ?

Le métier de coach m’a choisi et puis ensuite nous nous sommes bien entendus.

Pour vous le coaching est-il un phénomène de mode ou a-t-il un avenir réel ?

Le métier de coach a un véritable avenir. D’une part nous sommes dans une ère de l’individualisme et ce métier répond à cela en donnant les moyens d’activer les ressources nécessaires. Et d’autre part, nous sommes dans une ère de l’incertitude, et le coaching permet de sécuriser ses prises de décision et d’accepter le changement, entre autres.

Pour finir auriez-vous un retour d’expérience qui pourrait aider de nouveaux coachs ?

Pendant une séance, je me suis laissée « embarquer » dans un débat d’opinions. Je souhaitais, à tort, démontrer que ce que j’avais senti était juste. Cela aurait pu être un recadrage dans le fond, mais dans la forme c’était pas top ! j’ai eu peur que le client arrête. Il est revenu.

Dès le début de la séance, j’ai exposé ce qui s’était passé de mon côté et ce que j’avais ressenti. Il a confirmé et mieux il m’ a remercié d’en avoir parlé car cela lui avait permis de prendre conscience de ce que ce comportement pouvait occasionner comme réponses.

1 commentaire

Laisser un commentaire