Interview 100% coach : Emilie Devienne
Les interviews 100% coachs ont pour but de vous apporter un regard sur l’expérience et le vécu d’un coach professionnel, après tout des exemples concrets sont souvent bien mieux que de longs discours…

Cette semaine c’est Emilie Devienne qui répond au questionnaire et qui nous parle de son métier passion.

Bonne lecture,


 

Depuis combien de temps exercez-vous ?

Depuis 2004

Quel est votre formation de coach ?

Plusieurs formations ad hoc et le tout conclut par un DFSU à Paris 8 (mention bien)

Quel est votre statut professionnel ?

Le portage

Avez-vous une spécialisation et si oui laquelle ?

La communication et l’écriture

Où et comment exercez-vous ?

C’est variable

Avez-vous d’autres activités que le coaching ?

L’écriture et l’enseignement

Qu’est-ce que vous ne referiez pas ?

Rester trop longtemps en dehors du monde de l’entreprise

Qu’est-ce que vous referiez mais en mieux ?

Rester plus longtemps dans des entreprises pour me créer des réseaux qui pourraient devenir des prescripteurs, comme je le vois souvent chez mes confrères.

Quelle est votre plus belle expérience de coaching ?

Bon, alors, cette expérience : il y en a beaucoup et le point commun, c’est quand la demande se transforme par un acte concret (retour au travail, prise de poste, écriture…)

Quelle est votre impression sur l’accueil réservé au coaching dans les entreprises ?

Mon impression est mitigé. Selon la culture de l’entreprise ou ses budgets, le coaching est perçu comme un luxe de capitalistes libéraux ou comme une aide sincère au bien-être au travail.

Avez-vous un besoin professionnel non satisfait ?

Pas vraiment.

De quelle aide auriez-vous besoin et sur quoi ?

En complément de la réponse ci-dessus, si je devais quand même identifier un besoin, ce serait l’écoute en dehors des « recommandations » ou autrement dit des « pistons ».

Je vous donne un exemple : j’ai écrit un livre sur la relation à l’argent, livre réédité. Eh bien malgré mes courriers, jamais, jamais, je n’ai eu ne fut-ce qu’un accusé de réception de La Sté fr des jeux ou du PMU ou du groupe Partouche. Pourtant, je pensais le lien assez direct.

Etes-vous satisfait de votre métier de coach ?

Oui parce que j’ai l’impression d’être utile.

Non quand je me sens bloquée par un manque du côté du « carnet d’adresses » (et voir en écho mes réponses ci-dessus)

Quels sont vos tarifs moyens pour une séance de coaching individuel, de groupe, en entreprise et pour les particuliers ?

Tout est analysé sur devis. Je n’ai pas de tarifs préétablis.

Quel est pour vous la différence entre un psychologue, un coach et une consultant ?

Je l’enseigne à la fac d’Aix au Desu coaching. Alors je ne vais pas épiloguer. Mais pour l’essentiel : la posture.

Pourquoi avoir choisi le métier de coach ?

Quand j’ai compris, au fil d’un long travail personnel, que parce que personne n’avait vraiment pris soin de moi dans ma jeunesse, j’éprouvais le besoin de réparer. C’est là aussi que se trouve donc mon point de vigilance pendant les séances. Merci la supervision !!

Pour vous le coaching est-il un phénomène de mode ou correspond- il à un nouveau besoin ?

C’est une réponse à un vrai besoin. Je vous renvoie notamment pour détailler à mon livre « Envie de changer » ou aux écrits de Reine-Marie Halbout.

Pour finir auriez-vous un retour d’expérience qui pourrait aider vos pairs ?

Pas vraiment. Chaque parcours est individuel et notre façon de le décrypter participe de notre professionnalisation. Le coaching est tout sauf une boîte à outils avec des recettes toutes faites.

1 commentaire

Laisser un commentaire