6 difficultés dans votre futur métier de coach

4
1476

Vous avez comme ambition de devenir coach, un métier qui vous passionne. Savez-vous quelles difficultés vous pourrez rencontrer quand vous le serez ? Y avez-vous même pensé ?

En voici 6, ce sont des exemples de celles que vous pourrez rencontrer, on pourrait dire que ce sont des « classiques » ou des « basiques ».

6 difficultés dans votre futur métier de coach

Devenir coach n’est pas de tout repos : c’est souvent un changement de statut de salarié à celui de travailleur indépendant, c’est l’apprentissage d’un nouveau métier, c’est faire (enfin) un métier qui vous passionne. Bref, c’est ce qu’on pourrait appeler un gros changement de vie professionnel.

Y aller les yeux fermés ne serait pas très judicieux… voir suicidaire… Savoir vers quoi vous allez est primordial, et penser aux obstacles que vous pourriez rencontrer fait partie du trajet.

Voici 6 exemples de difficultés que vous pourrez rencontrer :

Trouver des clients

Commençons avec la plus grosse difficulté, une fois celle-ci passée le reste devrait aller tout seul… (ou pas…)

Et oui, comme pour une majorité des travailleurs indépendants, trouver ses clients est le principal problème du coach qui débute. C’est le nerf de la guerre, la clé de voûte de votre métier. Si vous n’avez pas de clients qui payent vous ne serez pas un professionnel, mais un bénévole.

Cela ne sera pas un soucis si vous n’avez pas besoin de gagner d’argent avec votre activité de coach, après tout c’est possible. Si ce n’est pas le cas, ce sera l’obstacle majeur à passer pour arriver à vivre du métier de vos rêves.

Trouver des clients sera le thème de l’Ebook que je vous proposerais bientôt (oui, c’est du teasing !).

La solitude

Notre métier est un métier où l’on est souvent seul : seul avec notre client, seul avec nous-même, seul dans une profession qui se construit, seul face aux entreprises, … En plus de cela vous pouvez aussi rajouter les différences géographiques (heureusement que le web est là !).

Pour en avoir eu pas mal d’échos, cela peut être dur, voire très dur à vivre. La solution est toute trouvée, vous devez créer des liens ou trouver à qui parler :

  • adhérez à une association professionnelle
  • participez aux événements de votre région
  • gardez le contact avec vos anciens condisciples
  • faites-vous superviser
  • faites partie d’un mastermind
  • ayez des partenaires
  • faites-vous coacher

Je consacrerais un article sur le sujet dans les semaines qui viennent, il y a pas mal à en dire je pense.

La concurrence des autres métiers

Il y a de plus en plus de coachs qui sont formés et qui entrent dans la profession. Il y a aussi de plus en plus d’autres professions qui proposent des services de « coaching » en plus de leurs services habituels :

  • thérapeutes
  • médecins
  • avocats
  • comptables
  • psychologues
  • consultants

Là vous n’avez pas grands choix : vous devez connaitre et montrer votre différence.

Dîtes-vous aussi que la concurrence est un indicateur qui montre qu’il y a un marché pour ce que vous proposez, ce n’est pas rien.

Le galvaudage du nom

Sujet qui me tient à coeur : le nom de notre profession. Sur le papier ça sonne bien, quand on connait son origine et son histoire cela représente parfaitement ce que l’on fait. Passé ça, je trouve que c’est une catastrophe. Entre :

  • les personnes qui s’auto-proclament coach, qui n’ont aucune formation et qui proposent une prestation de pure conseil
  • le nom en lui-même qui est servi à toutes les sauces

avouons quand même que si nous pouvions avoir une autre dénomination ce serait un gros plus.

Ce qui est navrant, c’est que ce sont les coachs formés et certifiés qui utilisent plus facilement le mot accompagner que coacher

Vous

Dans ce métier, comme dans pas mal de métier de l’accompagnement (enfin je suppose), une grosse difficulté c’est nous-même.

Nos doutes et nos peurs feront un remarquable travail pour nous permettre d’être le plus souvent possible dans l’inconfort.

La supervision est là pour vous donner la possibilité de les exprimer, donc profitez-en !

L’absence de plan entrepreneurial

Faire un métier qui vous passionne est agréable et motivant. Vous voulez être coach et votre plan pour le devenir est assez clair, enfin vous avez au moins la direction. Malheureusement toute la partie entrepreneuriale est souvent mise de côté, et pour celle-ci vous n’avez aucun plan.

Il n’y a point de vent favorable pour celui qui ne sait dans quel port il veut arriver. – Sénèque

Sans faire un business plan classique, faites un business plan léger mais dans lequel vous serez obligé de voir plus loin que demain et surtout qui va vous permettre de visualiser ce que c’est que d’être un entrepreneur. Il serait dommage de le regretter par la suite.

Pour conclure

Il est bien entendu illusoire de pouvoir prévoir tous les obstacles et difficultés que l’on pourra rencontrer. Par contre se lancer dans un métier en ayant prévu quelques-unes de ces difficultés, et en leur ayant imaginé une solution, c’est avoir un peu d’avance vers la réussite de votre activité.

 

Et vous, vous avez imaginé quelles difficultés pour votre métier de coach ?

 

Amitiés,
Eri Schön

(ce post a été initialement publié le 16 juin 2015)

4 COMMENTAIRES

  1. Bonjour à tous. Merci pour cette article. J’ajouterais une difficulté supplémentaire et non des moindres pour les futurs coachs est d’expliquer clairement aux potentiels clients ce que peut apporter le coaching, en quoi cela consiste (objectifs, actions, résultats dans un laps de temps défini) et à l’inverse ce que n’apporte pas le coaching (conseils, formation, mentoring, etc.). Lorsqu’on débute on peut assumer ou penser à tort ou à raison que le coach est LA solution.

  2. Bonjour à la communauté Être Coach,

    Concernant le point sur la solitude, une chose à changée ma vie d’entrepreneur : aller en espace de Coworking :) !

    Cela permet de créer une « Cassure » entre mon domicile et le travail ! En effet, je peux travailler à domicile mais je m’y sens moins (et je suis réèllement) moins productif et heureux en restant chez moi pour travailler :)

    Voici un article que j’avais écris sur le sujet : 8 raisons d’aller en espace de travail partagé : http://en-haut.be/8-raisons-d-essayer-les-espaces-de-coworking/

    Plein de succès à toutes et tous et merci Eric pour tes nombreux partages.

Laisser un commentaire